Les implantations en projet de construction : Entre hier et aujourd’hui

June 5, 2019

Si vous travaillez dans le domaine de la construction - en particulier dans le MEP - depuis plus d'une décennie, vous avez été témoin de changements incroyables dans la procédure standard. Certains des « anciens » sont toujours habitués à l’ancienne méthode d’implantation, pourtant rien ne dit que ces changements sont pour le mieux.

Pour ceux d'entre vous qui ne se rappellent peut-être pas comment vos aînés avaient l'habitude de tracer le chantier de construction, cela peut sembler un conte de fées tournant au cauchemar. Pour le reste d'entre nous, c'est juste une promenade dans Memory Lane.

 

Le mètre ruban et la ficelle

À l'époque, l'aménagement d'un chantier n'a jamais été le travail d'une seule personne.

Au lieu de cela, il fallait toujours une équipe, armée des plans du bâtiment, d'un mètre ruban et parfois d'un bout de ficelle ! La hauteur ou l’altitude était mesurée avec un niveau (vous savez, celui avec une petite bulle dans le tube de verre ?) et un théodolite était utilisé pour mesurer les angles. Voici la page Wikipedia pour "théodolite", au cas où vous n'en auriez jamais entendu parler auparavant.

L'équipe travaillait à partir d'un point de référence d'un emplacement et d'une hauteur connus jusqu'au terrain où divers services de construction devaient être installés. Conduits de CVC, tuyaux d'égout, chemins de câbles... tout ce que vous voulez. Chaque point du dessin du projeteur devait être cartographié, minutieusement, à l'aide d'outils manuels et d'un bon œil.

Malheureusement, comme vous pouvez probablement l'imaginer, le système n'a pas particulièrement bien fonctionné lorsqu'il s'agissait d'agencer des bâtiments complexes, des espaces aux murs courbes, des matériaux préfabriqués ou des modèles coordonnés. Ce qui, en fait, ne laissait pas grand-chose d'autre qu'une pièce vide et carrée de temps en temps.

 

Le besoin de quelque chose de mieux

Il y a des décennies, nous n'avions pas d'autres options viables à envisager. Cependant, avec le recul, il est facile de constater que le processus d’implantation manuelle prenait beaucoup de temps, exigeait beaucoup de travail et comportait une énorme marge d'erreur. Les erreurs d’implantation peuvent entraîner des conséquences graves et coûteuses, y compris des conflits avec d'autres services de construction et des éléments préfabriqués qui ne s'ajustent pas correctement. Par extension, cela signifiait du temps, de l'argent et des matériaux gaspillés.

S'il y a une chose qui n'a pas changé depuis toutes ces années, c'est le fait que le gaspillage et l'inefficacité tuent la marge bénéficiaire de toute entreprise de construction. Il est donc logique que le processus d’implantation ait dû être modifié.

Apprenez à choisir une solution d’implantation adaptée à votre entreprise.

 

Le processus moderne de implantation des MEP

Je m'abstiendrai de débiter les clichés sur la façon dont les jeunes pros de l’implantation ont la vie facile et n'apprécieraient jamais les vieilles habitudes... mais c'est vrai.

Pour la plupart des entreprises de mécanique, d'électricité et de plomberie qui doivent aujourd'hui faire de l'implantation, les lasers, les scanners 3D et même les robots ont ramené la main-d'œuvre nécessaire à une "équipe" d'une personne. Travaillant avec rien d'autre qu'un scanner monté sur trépied et un ordinateur portable ou une tablette, un professionnel de l’implantation peut maintenant faire, en une après-midi, ce qui prenait auparavant trois ou quatre de nous deux jours pour s'accomplir !

Et les résultats sont mille fois plus précis et utilisables.

Avec une connexion cellulaire ou Wi-Fi, les données d'un nuage de points 3D que les scanners génère peuvent être traduites en temps quasi réel en un modèle 3D prêt à être manipulé dans le logiciel choisi par le dessinateur. Puis, tout aussi rapidement, ce modèle peut se rendre à l'atelier de fabrication, ou jusqu'au chantier, avec tous les ajustements nécessaires mis à jour - en un clin d'œil.

C'est un sacré souvenir de l'époque du ruban à mesurer et de la ficelle, et ne laissez pas un vieux rustre amer vous dire le contraire.

 

Téléchargez votre exemplaire gratuit de Comment réaliser 87.5% d'économies sur les implantations !

 

Précédent Article
Qu'est-ce que le BIM to Field ?
Qu'est-ce que le BIM to Field ?

La majorité connaît le terme BIM to Field, mais qu'est-ce que cela signifie exactement ? Découvrez comment ...

Prochain Article
Pionniers du BIM - Ce que nous pouvons apprendre des Néerlandais [Interview]
Pionniers du BIM - Ce que nous pouvons apprendre des Néerlandais [Interview]

Les Pays-Bas figurent parmi les premiers pays en matière de BIM : près de 60 % des projets de construction ...

×

Inscrivez-vous aujourd'hui et recevez nos tips et bonnes pratiques !

Prénom
Nom
Téléphone
Société
Oui, j'aimerais recevoir des informations pertinentes et des offres de Trimble.
Je comprends que Trimble peut enregistrer et utiliser les informations que j'ai fournies pour me contacter. Je peux révoquer ce consentement à tout moment. J'ai lu les conditions d'utilisation et accepte la politique de confidentialité.
Merci !
Error - something went wrong!