Igetec, les fluides à l’épreuve les IFC

January 16, 2017

Situé à Aurillac (Cantal), ce bureau d’études pluridisciplinaire d’une trentaine de personnes, est présent sur deux projets BIM de Lycées, organisés autour d’une maquette IFC gérée par l’architecte.

Pour la modélisation 3D et les calculs, le bureau d’études Igetec utilise le logiciel Allplan (Nemetscheck) pour la structure, et Trimble Nova pour les fluides. «BIM ou non, dès la conception nous réalisons la présynthèse en 3D, ce qui permet de déceler les conflits en amont, assure François Masseboeuf, directuer d’Igetec. Avec le BIM, les échanges de données entre partenaires du projet sont structurés autour d’une maquette numérique centralisée. Les transferts IFC se passent bien avec des architectes qui travaillent avec Allplan ou Archicad, et plus difficilement avec ceux qui utilisent Revit». Concernant le BIM, le BE collabore avec l’agence CRR Architecture sur deux chantiers de Lycées, avec la région Auvergne en maîtrise d’ouvrage. Le cahier des charges initial inclut une mission complémentaire sur le BIM, allant jusqu’au DOE numérique.

Les ingénieurs fluides dessinent systématiquement en 3D afin de vérifier les encombrements, les passages, et détecter les conflits. Des perspectives sont extraites des plans 2D. La 3D est réalisé essentiellement pour des besoins internes, une approche qui change radicalement avec le BIM. Sur les projets de Lycées, l’agence CRR Architecture qui travaille sur Archicad, a mis sur servir la maquette numérique BIM au format Tekla. La BIM manager de l’agence, Delphine Boyer, gère la maquette collaborative en définissant des droits d’accès par lots techniques, et en structurant les données IFC importées, avec une nomenclature et un système d’archivage. «Nous utilisons Dropbox pro pour envoyer les données IFC sur le serveur du projet, détaille Thomas Noel, ingénieur chez Igetec. La maquette mise à jour est visionnée avec TeklaBIMsight, un outil web gratuit, fluide et réactif».

 

Full 3D et BIM

Le premier changement apporte par le BIM est de devoir réaliser une maquette 3D complète destinée a la communication extérieure, alors qu’auparavant la 3D était nécessaire en internet seulement pour vérifier l’encombrement de certains espaces complexes. «La finalité à terme est de livre rune maquette EXE en BIM et, par exemple, d’associer a une banne d’équilibrage ses caractéristiques, complète Thomas Noel. Mais certaines données sont perdues lors du transfert IFC vers la maquette Tekla. Par exemple pour une bouche de ventilation, la valeur qui est m³/sec est visionnée dans TeklaBIMsight en m³/heure». Actuellement au stade APS, la maquette est en effet enrichie avec une représentation des équipements, en important des blocs IFC contenant la géométrie 3D (pour le dimensionnement) et des données techniques. Enfin, certaines demandes du cahier des charges sont difficiles à satisfaire, comme le fait de pouvoir associer à un équipement un PV de référence, l’idée étant d’accéder à ces documents par un simple clic sur la maquette numérique.

 

Précédent Article
Qu'est-ce qu'un webinaire  « Découverte » ?
Qu'est-ce qu'un webinaire « Découverte » ?

Vous voulez en savoir plus sur Trimble MEP et ces logiciels CAO/DAO ? Alors nos webinaires « Découverte » s...

Prochain Article
Bâtiments à gros budget : 10 projets de construction qui ont fait sauter la banque
Bâtiments à gros budget : 10 projets de construction qui ont fait sauter la banque

Nous revisitons 10 autres projets célèbres pour avoir fait sauter la banque !